vendredi 3 janvier 2014

Maroc Les dessous de la hausse du budget de la défense




Non, le Maroc n’a pas décidé de se lancer dans une nouvelle course à l’armement. Si le Royaume va augmenter son budget de la défense dans les quatre prochaines années, c’est pour moderniser ses équipements, mais aussi investir dans le transfert de technologie.  Ce plan très coûteux est la conséquence des choix du pays en matière d’achat d’armement.
L’information a pris à contre-pied bon nombre d’observateurs. Alors qu’il donne le feu vert pour l’augmentation des prix des produits de première nécessité, le gouvernement marocain va augmenter le budget de la défense du Royaume, le faisant ainsi passer de 3,8 milliards de dollars en 2014 à 4,5 milliards de dollars en 2018, soit une augmentation de près de 18,5% en quatre ans. Nouvelle course à l’armement avec l’Algérie ou l’Espagne ? Modernisation ? Amélioration des conditions sociales des soldats ? Aucun des trois. Contrairement à l’Algérie, où l’augmentation du budget de la Défense en 2012 correspondait à une hausse des salaires des soldats et à un rappel de primes, les milliards supplémentaires marocains sont destinés aux nouvelles acquisitions et au renforcement de l’arsenal déjà acquis. Car le Maroc paye aujourd’hui le prix de sa politique d’achat d’équipements militaires, avantageuse à court terme, mais très coûteuse à moyen terme. L’augmentation du budget de défense serait donc en partie la résultante d’un retour de manivelle suite à une politique d’achats mal ficelée et qui va engendrer de gros besoins en termes de maintenance. Explications.

Le pays récupère du matériel d’occasion

Sur le plan stratégique, le Maroc a opté pour une solution particulière, celle d’acheter à très bas prix ou de se servir dans les surplus des armées américaines et celles de quelques pays de l’OTAN à la moindre occasion. Plus encore, le royaume alaouite est devenu l’allié principal des Etats-Unis hors OTAN, une place occupée avant 1979 par l’Iran du Shah. Si le Maroc est loin de disposer des mêmes ressources financières que Téhéran, il n’empêche qu’il a su s’imposer. Les Forces armées royales (FAR) ont, par exemple, récupéré en 2011 200 chars lourds Abrams M1A1 datant de l’époque de la guerre du Golfe. Idem pour des canons automoteurs M109 et M110, puisés sur les réserves américaines par le biais d’un EDA (Excess Defense Articles). Ces appareils étaient utilisés par Washington dans les années 1990. Avant cela, le Maroc a pu, par ce biais, obtenir des chasseurs F5 et d’autres équipements.

Il se fait financer du matériel neuf par d’autres pays

Une autre manière d’acquérir des armes pour la défense marocaine a été de conclure des accords avec des tiers, souvent avec les monarchies du Golfe, afin que ces dernières offrent tout simplement des armes au Maroc, qui leur sert de relais dans la région de l’Afrique du Nord et du Sahel. En 1997, les chars  T-72 ont en effet été achetés par l’Arabie Saoudite. Si cette méthode semble faire ses preuves, puisque le Maroc a réussi pour l’instant à maintenir l’équilibre des forces dans la région, elle présente quelques limites. Tout d’abord, il est souvent impossible de prévoir ce qui sera disponible dans les surplus ou ce que les émirs du Golfe seront capables de payer. Parfois, il arrive que ces équipements nécessitent des mises à jour ou des réparations connues sous le nom de Mise en condition opérationnelle (MCO), dans le jargon militaire. Le cas des 200 chars Abrams est éloquent. En effet, les FAR seront dans l’obligation de débourser plus d’un milliard de dollars pour les remettre à niveau.

Le pays MUltiplie les achats de matériel de haute technologie

A vouloir suivre à tout prix ses voisins, le Maroc a multiplié les achats d’équipements neufs, très chers et difficilement utilisables. Effectivement, «avec 4,4% d’augmentation annuelle dans les 4 prochaines années, le marché de l’armement au Maroc va être très attractif (pour les vendeurs d’armes internationaux, ndlr)», affirme le site internet basé à Londres, Strategic Defence Intelligence, auteur d’un rapport sur le devenir des FAR. Si pour étoffer son armée de terre, le pays s’est contenté d’équipements chinois (chars MBT 2000, lance-roquettes AR2), mais il a opté pour des équipements de pointe pour renouveler une marine et une aviation devenues totalement dépassées. Pourtant, outre le prix que représentent ces armes, leur utilisation en elle-même explose la facture des réparations nécessaires. Les deux escadrilles de F16 acquises l’année dernière ne décollent que rarement de la base de Ben Guerir (Marrakech), les équipages étant cantonnés à quelques heures de vol sur simulateur. Idem pour les trois corvettes Sigma ou pour la frégate Mohammed VI, qui n’a pu être réceptionnée suite à des «problèmes d’agenda princiers» masquant difficilement les problèmes de paiement que rencontrent les Marocains pour la maintenance et la pièce détachée de ce navire ultra-performant, mais si insuffisant pour un pays qui prétend à l’administration du détroit de Gibraltar et à la protection d’une façade océanique.

3 questions à Abdelilah Issou. Ancien capitaine d’infanterie des FAR

            Le Maroc sera appelé à jouer un rôle de déstabilisation

- Quelle lecture faites-vous de la multiplication des achats d’armes par le Maroc  ?
Le Maroc sera appelé à jouer le même rôle vis-à-vis de l’Algérie que celui joué par la Turquie ou la Jordanie vis-à-vis de la Syrie dans un futur pas très lointain, c’est-à-dire un rôle de déstabilisation. D’où la nécessité de doter l’armée en armement moderne pour équilibrer un peu la balance avec l’Algérie, et/ou pour armer de possibles futurs groupes djihadistes, comme le Mujao avec lequel le Maroc s’est rapproché.

- Quel est le degré de transparence de l’institution militaire vis-à-vis du contribuable  ?
Aucun. Au Maroc, l’armée est surnommée «La Grande Muette». C’est une institution opaque pour l’opinion publique, la preuve en est la persécution que subissent tous ceux qui, comme moi, tentent d’exposer au grand public les dérapages des hauts gradés et tous les scandales qui éclaboussent régulièrement la hiérarchie miliaire en place, le roi inclus bien sûr, c’est le chef suprême des FAR.

- Qui décide d’acheter des équipements militaires ?
Quand il s’agit de gros achats (avions de chasse, frégates), c’est le roi en personne qui s’en occupe personnellement. Pour le reste, il délègue ses pouvoirs à l’inspecteur général des FAR, le général Abdelaziz Bennani. Le Maroc n’a plus de ministre de la Défense. Tous les contrats donnent lieu à des rétrocommissions qui finissent dans les comptes du roi et de l’inspecteur général des FAR.          A. K.
Akram Kharief

15 commentaires:

  1. le role de destabilisateur vis-a-vis l'algerie a toujour etait depui notre independence (direct-indirect)
    elhamdulilah,rabi mafih ghir elkhir

    RépondreSupprimer
  2. Le Maroc ne poura jamais égaliser la force de frappe de l'Algerie qui restera leadership de la région pour au moin une cinquantaine d'années.

    RépondreSupprimer
  3. 700 millions de dollar,je vois pas de quoi en fouetter un chat..

    RépondreSupprimer
  4. (pilotemig) une guerre entre nos deux armées je doute , mais ce qui m'inquiete c'est liens fort entre les service secret marocain et les organisation terrororistes et a long treme sa crain qu'ils sabotent nos instalation petroliere au sud

    RépondreSupprimer
  5. Salem, l'Algérie a serte le leadership et est habitué des coups tordues du makhzen mais pour avoir une bonne grille de lecture, il faut remettre le Maroc aux ordres dans un contexte actuel qui se trouve être un contexte de traîtrises et de mensonges orchestrées depuis Washington, Londres, Paris et l'entité sioniste par le biais des médiats mensonges relayés par des institutions internationales type ONU, union Européenne, CPI, ligue Arabe (hachaa les vrais Arabes), et certaines ONG qui "on l'a compris", diabolisent tous ceux qui s'opposent ou ne veulent pas se plier à leur dictat et à leurs desseins machiavéliques et encensent leurs "élus" quand ils commettent un génocide et que le pillage qui s'en suit est assez important pour servir l'empire.
    Une rétrospective d'un siècle seulement nous montre bien que c'est la même "chanson" qui se répète avec un deux poids deux mesures et une partialité qui n'a pas d'égale et avec toujours, les mêmes génocidaires pilleurs drapés dans un rôle de défenseurs de la démocratie et de la dignité humaine et mon c.. sur la commode.
    Ils s'appuient sur des pays conquis ou vassales par nature comme l'est le Maroc pour commettre leur basse besogne.
    Quand on sais que les saoud (ben yahoud) ont pris officieusement avec le quatar le contrôle de la sous-traitance des desseins de leurs maîtres.
    L'acte 1 est que le Maroc intègre le conseil de golf (mdr) "une ineptie total".
    L'acte 2 est de rompre définitivement les relations avec l'Algérie en créant une grosse fitna par exemple profaner l'emblème national de l'Algérie un 1er novembre et rappeler son ambassadeur pour rien en espérant une réaction "toute Algérienne" pour pouvoir passer à l'acte 3 mais les Algériens en fins stratèges ne sont pas tombé dans ce piège du roitelet conseillé par un certain azoulay (encore lui) mais qui n'empêche pas les pétro-monarchies de payer aux serviteurs paillassons un équipement militaire flambant neuf et en faisant croire à l'opinion Marocaine malléable à souhait, à une Algérie expansionniste (alors que l'Algérie est le plus grand pays d'Afrique et qu'elle regorge de ressources inexploitées), mais le Maroc (la monarchie et le makhzen) se cache bien d'être sioniste.
    A bon entendeur,

    RépondreSupprimer
  6. Un petit parallèle s'impose, la Palestine et le Sahara Occidentale sont les dernières colonies et ils ont aussi la particularité d'avoir construit un mur entre eux et leurs victimes.
    Pour finir je vous invite à faire une simple recherche sur Google par exemple et vous demandez le drapeau du Maroc en 1938, vous aurez l'explication du Maroc d'aujourd'hui qui n'a jamais connu d'indépendance et il faut bien l'avouer est devenu le theatre de tout ce qu'a interdit notre religion à savoir:
    La ribba dont se targuent quelques serviteurs serviles(la finance)
    La prostitution (de tous les genres)
    La drogue (1er au monde) bravo quel exploit !
    La sorcellerie (on sais maintenant de qui ils l'ont appris)
    Un suivisme rarement égalé de tous se que font ou disent leurs maîtres sionistes
    La place honorifique de 1er allié hors OTAN (trop fort) allié des pilleurs islamophobes faut il le rappeler et dont se targuent encore une fois nos chers serviteurs
    et pour finir, l'Aîde qui est décalé tous les ans sans que personne n'est à redire sauf sur l'Algérie bien sûre

    RépondreSupprimer
  7. Nos achats d armes sont tout à fait justifiés face à cette menace. Et si momo 6 tente de destabiliser notre pays, nos services secrets doivent en faire de meme au maroc, il faut appliquer la loi du talion.

    RépondreSupprimer
  8. Les achats d armes de notre pays sont tout à fait justifiés. Et cette menace, doit amener et c est le cas, notre armée a acquérir du matériel de dissuasion, mais aussi pourquoi pas offensif. Enfin si d aventure momo 6 tente de destabiliser notre pays, nous devons appliquer la réciprocité au maroc.

    RépondreSupprimer
  9. Ce qui fait peur c'est bien le financement des groupuscules terroristes pour s'attaquer à nos sites sensibles. Le maroc veut nous faire la guerre à sa manière. Il a déjà essayé mais ça n'a pas marché. Donc il passera à la vitesse supérieure en optant de la même manière que les saoudiens qui alimentaient le terrorisme contre la Syrie. Je pense que l'Algérie saura comment contrer les stratagèmes de M6 en commençant déjà à bien surveiller toutes nos frontières. Bref, que le maroc s'arme ou pas, il ne nous impressionnera jamais et ses achats demeurent un non-événement pour notre armée car jamais ce pays ennemi ne nous arrivera à la cheville.. Vive l'Algérie..

    RépondreSupprimer
  10. Salem, désolé si j'ai été un peu virulent mais je tenais à préciser que je fais bien le distinguo entre le Marocain lambda (qui aspire aux même choses que l'Algérien ou le Tunisien) et l'écervelé qui soutien l'insoutenable au détriment de sa liberté et de sa dignité.
    Au même titre que je fais le distinguo entre un juif et un sioniste même s'il se dit juif et que l'autre se dit digne des vertus de l'Islam et à son appartenance.
    Bref, pour revenir au sujet militaire, je voulais savoir si quelqu'un avait des news du BDSL et si un deuxième était réellement en commande et ce qu'il en est des autres frégates Italiennes, Allemandes et Chinoises.

    RépondreSupprimer
  11. certes le contexte géostratégique actuel prête à confusion , on ne sait plus qui et qui (mdr) mais le fait est que le Maroc a toujours joué double jeu visant les intérêts de la monarchie mais pas nécessairement le peuple marocain. nous avons eu des échos sur les liens troubles du makhzen avec des groupuscules islamistes visant un rôle de sous traitance pour le compte des monarchies de golfe et leur commanditaires . est-ce que l'Algérie est prête à faire face j’espère bien. mais voyons la scène en plus grand la Russie et la Chine accepteront-elles le chaos dans un pays considéré comme leur marché économique, les états-unis , la France et le royaume -unis auront ils les moyens, à long terme, de leur politique déstabilisatrice et l'Iran continuera-t-elle a encaissé les coups bas de ces barils flottants du golfe toutes ces questions méritent réponses. le monde est actuellement dans une guerre ouverte des services de renseignements où la manipulation et l'info sont des armes plus redoutables qu'une arme à feu

    RépondreSupprimer
  12. salem , excusez moi si vous trouvez ma question HS , j'aimerais savoir si le maroc dispose de satellite militaire

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. non ils ont tubsat un microsatellite uniquement

      Supprimer
  13. j'ai lus quelque part que le maroc avais commander un engin chez Thales Alenia Space et que sa inquiete l'algerie et comme cétait un journal marocain qui a donné l'info j'avais un doute sur la fiabilitée de la source
    merci secret defa3

    RépondreSupprimer